HOME
 
 
Alopecia X -
Information
 

Zwergspitze/
Pomeranians
 

Wolfsspitze/
Keeshonds
 

Andere Rassen/
Other Breeds
 

Links
 

Kontakt/
Contact





eXTReMe Tracker

Alopécie et la perte du pelage chez les Spitz Loups

Jane Saunders


Dans une race avec beaucoup de poils c’est une priorité chez les propriétaires de garder le pelage le plus beau possible. Aujourd’hui c’est plus que jamais une source de soucis pour les propriétaires quand leurs chiens perdent tout d’un coup leurs poils et ont même des tâches d’Alopécie.

La plupart des petits maîtres du Spitz Loup ont connaissance de cas dans lesquels des chiens perdaient leur pelage à certains endroits et c’était souvent autour des cuisses. Je me souviens qu’il y a 30 ans on recommandait dans ces cas "Bob Grass Skincure". Ce produit traditionnel contient entre autre du soufre, une matière qui est connue pour ses bons résultats en cas de problèmes de peau. Il y avait aussi les suggestions plus traditionnelles comme la "castration" ou "faire saillir une fois une femelle et lui faire avoir des chiots". Si les chiens rattrapaient par après à nouveau un pelage plus beau, on supposait que cela était la suite de ce "traitement". On connaît néanmoins aussi des cas ou les chiens rattrapaient à nouveau leurs poils sur les endroits avec alopécie, et ceci sans médication ou opération.

Maintenant on accepte en générale que le développement du poil et son affection dépend d’un déséquilibre des hormones. On ne sait pourtant pas encore complètement pourquoi c’est ainsi. Mais c’est bien ainsi que ces chiens, à part de cette affection de pelage, son complètement en bonne santé. Il semble toutefois qu’il y a une plus grande aptitude dans certains chiens du type spitz. Beaucoup de propriétaires pensent dans ces cas presque immédiatement à des problèmes avec la glande Thyroïde et demandent à leur vétérinaire de faire un simple test-thyroïde. Toutefois si les résultats de ces tests ne montrent pas de valeurs anormales, aussi bien le vétérinaire que le propriétaire ne sait plus comment poursuivre.

Des symptômes typiques sont les endroits ou le pelage devient plus éclairci ou des places complètement dégarnies sur certains endroits du corps. Les places dégarnies sont en général symétriques (environ le même nombre des deux côtés du corps). Les endroits touchés le plus fréquemment sont la nuque (les endroits des deux côtés de la gorge), le tronc, dans l'environnement de l’implantation de la queue et dans l’environnement de l'arrière des cuisses. Les problèmes avec la perte des poils autour du cou sont souvent confondus avec les effets d’un mauvais collier car ces places surviennent souvent à l’endroit où se trouve le collier. C’est néanmoins ainsi que dans la plupart des cas le collier n’a rien à voir avec cela. Le pelage autour des endroits atteints est en général plus dur que sur le reste du corps et a tendance à se briser au moment où l'on peigne ou brosse le chien. En général, les chiens atteints n'ont pas de démangeaisons ou de pellicules.

À ces endroits atteints, la peau a en générale tendance à devenir plus foncée et change même de rose-foncé vers noir. Chez les Spitz Loups on a l’impression que ce type de perte de poils se produit plus chez les mâles. Mais ce n’est pas impossible que les femelles attrapent aussi cette affection.

On connaît des cas ou des chiens qui avaient cette affection, sont à nouveau pour une raison ou une autre, commencé à développer des poils sur les tâches chauves et ou les tâches foncées se remettaient en son état premier, c'est-à-dire la couleur rose foncé. L'Alopécie peut donc disparaître toute seul e mais peut aussi bien revenir.
En 1998 une étude a été faite par des vétérinaires au département dermatologique du "Royal Veterinary College" (RVC). Dans cette étude, on recherchait des modèles dans la perte du pelage chez les types-spitz et on recherchait de l’aide dans les clubs de race du Keeshond, Poméranien, Samoyède et Chow-Chow. Un nombre de races était suspectes de ces modèles de perte de pelage et le département faisait aussi des études chez l'Irish Water Spaniel et les Caniches Nains. Des clubs de race ont été invités de coopérer et aux propriétaires des chiens atteints, on demandait d’amener leurs chiens au département du "RVC North Mymms".

La méthode d’étude

Aux propriétaires de chiens qui participaient à l’étude on demandait de remplir des questionnaires pour se faire une idée de quand la perte du poil avait commencé pour faire ainsi des liens vers certaines périodes de l’année ou vers d’autres indications. On demandait aussi d‘envoyer, dans la mesure du possible, des photos pour pouvoir mieux illustrer la perte de pelage. Certains propriétaires allaient avec leur chien au "Royal Veterinary College" pour pouvoir faire de meilleurs et plus nombreux tests. D’autres chiens ont été testés (avec des tests imposés par l’étude) par leur propre vétérinaire. Pour cela on prenait des échantillons de sang et un examen sanguin standard a été effectué.
On faisait aussi un ACTH pour contrôler le cortisol et le "17OHP pré- et post-stimulation". Des chiens ont été testés sur le fonctionnement de la glande Thyroïde avec du T4 et TSH. On rassemblait différentes parties de la peau, d'endroits avec et sans alopécie et/ou de l’hyperpygmentation et d’endroits non-atteints pour essayer d’obtenir une manière de contrôle.
Les propriétaires prenaient des échantillons d’urine et les envoyaient à un laboratoire spécialisé pour être analysés.
Pendant la dernière partie de l’année 2000 une étude d’alimentation a été faite parmi plusieurs chiens, étant donné que le régime du chien dans d’autres races, comme chez le Irish Water Spaniel, semblait avoir une influence. Wafcol (un producteur de nourriture pour chiens) donnait des provisions de sa nourriture de régime "Poisson et Grains" à plusieurs propriétaires pour les faire participer à une étude de l’influence de la nourriture. Et ceci pendant une certaine période.

Résultats

Chez tous les chiens examinés, des niveaux d’Oestradiol (Oestrogène) étaient beaucoup plus élevés que la normale. Néanmoins, s’il y avait beaucoup de différence, la testostérone était toujours dans les limites normales. Les niveaux TSH étaient aussi dans les limites normales chez tous les chiens. Chez presque tous les chiens, le niveau - T4 était aussi dans les limites acceptables. Aucuns chiens n'avaient des problèmes d’hypothyroïdie.
L’analyse de l’urine ne montrait pas de valeurs anormales.
Tous les chiens testés avaient un 17OHP augmenté après administration de l’ACTH.
L’étude avec l’alimentation donnait pour quelques chiens une petite amélioration mais pas pour d’autres. Certains propriétaires disaient aussi que leurs chiens n’étaient pas très avides de la nourriture utilisée. Un seul propriétaire a changé depuis lors pour Wafcol Saumon et Pommes de terre. Cet homme constatait bien une amélioration importante chez son chien dans la mesure où le chien a maintenant une fourrure très belle et épaisse, sans aucun signe d’alopécie.

Conclusion

Cette condition a été nommée "Alopécie X (Adrenal Hyperplasia Syndrome)". La condition peut se produire à n’importe quel âge et semble apparaître plus chez des chiens à fourrure "peluche", comme chez les types-spitz.

On concluait que les résultats hormonaux chez tous les chiens montraient un niveau plus élevé de "17OHP post ACTH stimulation" et un niveau plus élevé d’Oestradiol (Oestrogène). Le type de perte de pelage dont nous parlons ici est maintenant traité comme une sorte de stériodogenèse anormale (un fonctionnement légèrement anormal de la glande adrénaline qui freine la production de stéroïdes comme le cortisol). On ne sait pas encore dans quelle mesure cette observation joue un rôle dans d’autres races, car dans d’autres races on a retrouvé d’autres modèles. Il semble qu’il y a une différence dans le déséquilibre des hormones des spitz que dans d’autres races. Il est possible que les Spitz Loups aient une forme plus légère d’alopécie que celle qui apparaît chez l'Irish Water Spaniel, les Caniches Nains ou les Poméraniens.

Il est plus que probable que la perte de pelage chez le Spitz Loup est dépendante de différents facteurs, comme le régime et les hormones.

Où est-ce que cela nous amène?

Un médicament, Trilostane, qu’on estime utilisable contre une telle condition a été fabriqué et est en vente en Grande Bretagne depuis 2001. Trilostane est licencié pour l’utilisation contre le syndrome de Cushing, mais il a montré aussi des résultats très prometteurs comme thérapie pour la perte de pelage.

Le médicament est considéré comme extrêmement sûr dans l’utilisation et jusqu’aujourd’hui des tests ont été faits avec des Poméraniens et des Caniches Nains. Les résultats étaient très prometteurs avec une efficacité de 90%. Le médicament doit être équilibré très prudemment et cela peut prendre plusieurs mois avant qu’on ne trouve la balance optimale. Les premières recherches étaient sponsorisées par un Kennel Club, parenté avec le RVC et ceci a maintenant prit fin. Le producteur de médicament suppléait de la médication pour les tests avec les Poméraniens et les Caniches Nains. Pour le moment toute continuation de la recherche est arrêtée. On espère qu’on pourra continuer un jour cette étude avec les Spitz Loups.

Entre-temps c’est important de savoir que cette affection est uniquement de nature cosmétique et qu’elle n’influence d'aucune autre manière la santé du chien.


Acknowledgement

I would like to thank Prof. David Lloyd BVetMed, PhD, FRCVS, Dip ECVD and Rosario Cerundolo D.V.M. Cert. VD, Dip ECVD, MRCVS for involving Keeshonds in the Alopecia X study. I am also grateful to Rosario for his advice and support in the writing of this article.

David Lloyd is Professor of Veterinary Dermatology in the Department of Veterinary Clinical Sciences at the Royal Veterinary College, University of London and Rosario Cerundolo is currently Assistant Professor of Veterinary Dermatology in the Department of Dermatology at the University of Pennsylvania School of Veterinary Medicine.


- --- -

Références:

Cerundolo R, (1999) "Symmetrical alopecia in the dog": In Practice,21: p 350 – 359

Cerundolo R, (2000) )"Alopecia associated with abnormal steriodogenesis in dogs", Continuing Professional Development - Veterinary Medicine2: p 100-104,

Cerundolo R, Lloyd D.H, Pidduck H.G (1999) "Studies on the inheritance of hair loss in the Irish Water Spaniel" The Veterinary Record. Nov 6; 145(19): p 542- 4

Cerundolo R , Lloyd D.H., McNeil P.H., Evans H, (2000) "An analysis of factors underlying hypotrichosis and alopecia in Irish Water Spaniels in the United Kingdom" Vet Dermatology;11: p 107-122


- --- -


I lived with Keeshonds for 46 years and Show and exhibit and judge in England.

I hold a post graduate advanced diploma in companion animal behaviour counselling and am a member of the Keeshond Club, the North of England Keeshond Club and the Deutscher Spitz Club of Belgium.

I have a particular interest in health and work with several veterinary contacts to further the knowledge of health problems within the breed. I am the health co-ordinator of the Keeshond Club.

© Jane Saunders - August 2002



Main / Keeshonds

HOME